Wathermal, aux marches de la Belgique | Gouvy

Wathermal, aux marches de la Belgique | Gouvy

Wathermal, aux marches de la Belgique | Gouvy

 

Aux confins de Gouvy, Wathermal poursuit une veille plusieurs fois séculaire sur la ligne de partage des eaux entre les bassins de la Meuse et du Rhin. Un bien beau village à découvrir lors d’une promenade, ou à l’occasion de sa traditionnelle Fête de la truite.

 

 

Le village de Wathermal

 

Loin de l’agitation du siècle, le coquet village de Wathermal préserve ses petites et grandes histoires sur l’un des versants de la vallée de l’Ourthe Orientale naissante, où de nombreux vestiges témoignent d’une occupation humaine fort ancienne. Nous nous trouvons ici, il est vrai, sur la ligne de partage des eaux entre les bassins de la Meuse et du Rhin, et sur le tracé de l’immémoriale voie reliant Cologne à Reims.
L’endroit est cité pour la première fois au IXème siècle en tant que villa royale carolingienne, et la tradition rapporte que le lieu dit « Grafen Garten » – jardin du comte – aurait vu s’ériger un château dont on n’a toutefois pas retrouvé de trace physique.

Côté étymologie, mieux vaut marcher sur des oeufs. Car même si l’origine germanique est peu douteuse, les thèses s’affrontent dont les plus communes lisent : limite des eaux, gardien du lieu de justice ou gardien de la montagne. Sans parler du souk invraisemblable qui a chamboulé l’orthographe des lieux – quand ce n’est leur dénomination – ici comme ailleurs, lors des derniers travaux officiels en la matière. Mais ça, c’est une autre – lamentable – histoire belge.

 

UNE CHAPELLE

 

 

La chapelle de Warhermal

 

 

Quoi qu’il en soit, la chronique rapporte qu’un comte de Salm, menacé par un violent orage, fit voeu de bâtir une chapelle dédiée à saint Donat à l’endroit même où la foudre venait de l’épargner. Telle serait donc l’origine de la chapelle de Wathermal, désormais placée sous l’invocation des Saints Hubert et Antoine mais dont les cloches – datées de 1369 – sont réputées écarter les feux du ciel.

 

 

Le vieux cimetière de Wathermal

 

Juché sur son éperon rocheux, l’édifice actuel a été consacré en 1769. D’aucuns font toutefois remonter l’origine de la tour à l’époque romane. L’inclinaison de son clocher, contrant les vents dominants, tendrait par ailleurs à en prêter la paternité au même auteur que celui de Beho.
L’ensemble ne manque pas de cachet, qui abrite entre autres un aigle-lutrin du XVIIème, un tabernacle initialement placé à Beho, et un bel ensemble de vitraux restauré après la seconde guerre mondiale. Mais la principale curiosité du lieu se situe à l’entrée du cimetière qui ceint la chapelle.

 

La tombe du moyen-âge au cimetière de Wathermal

 

Là, on découvre le couvercle tumulaire, en dos d’âne, d’une tombe chrétienne du Moyen-âge. Ce couvercle, marqué d’une simple croix presque effacée, ne recouvrait pas la tête du défunt. Les tombes de ce genre furent employées durant toute la période romane, et jusqu’au XIVème siècle pour les sépultures non apparentes. Elles sont extrêmement rares en Belgique.

Dans le même champ de repos, un quartier a été aménagé où s’inscrivent une pierre tombale armoriée portant la date de 1652, et un bel ensemble de croix en schiste bleu typiques de la région.

 

ET DES TRUITES

Voilà pour l’histoire. Mais l’originalité de Wathermal ne s’arrête pas là, tant s’en faut.
Ainsi, le déclin des activités agricoles n’a-t-il pas annoncé pour le village le début d’un tsunami de mauvais goût en matière de restauration qui en a submergé plus d’un. Le village y a échappé, le fait est assez remarquable pour être souligné et le résultat permet de se faire une bonne idée de ce que pouvait être la physionomie d’un village ardennais voici quelques décennies encore.

Sans doute le dynamisme du groupement local des “Amis de Wathermal” n’y est-il pas étranger, auquel on doit de nombreux aménagements contribuant à la qualité de la vie au village et, point d’orgue, une « Fête de la truite » de derrière les fagots qui attire chaque année plusieurs centaines de visiteurs pour un week-end d’animations diverses, et de dégustations dont lesdits salmonidés – invités à table – sont bien les seuls à se plaindre.

Servez le tout sur écrin de verdure : à découvrir d’un pas tranquille en suivant les belles promenades balisées du Syndicat d’initiative de Gouvy.

 

Ecrit par :Patrick Germain / 2008>
Crédit(s) photographique(s):Patrick Germain, François Rion, Les Amis de Wathermal.


 

= Agrandir les images

Où est Wathermal

Wathermal

Vielsalm




Houffalize


Gouvy et environs



258 vues

3 balades à proximité de Wathermal et Gouvy

Les ponts de chayes, témoins discrets de la vie rurale

Les ponts de chayes, témoins discrets de la vie rurale

Les ponts de chayes, témoins discrets de la vie rurale

Avant l’apparition des matériaux modernes, le schiste fut longtemps mis à toutes les sauces dans une grande partie de l’Ardenne, où on le rencontre à profusion. Cherbins et ardoises, bien-sûr, mais aussi pavements, bacs ou autres abreuvoirs – sans oublier l’art funéraire – contribuèrent ainsi au rayonnement de certains gisements bien au-delà de notre aire géographique. Plus discrets, mais combien typiques, sont les “ponts de chayes„.

 

ponts_de_chayes_odrimont_1

Le pont d’Odrimont

 

C’est peu dire que l’aménagement des voiries a profondément remodelé le visage de la campagne ardennaise au fil du temps, et tout particulièrement ces dernières décennies. Quand ils n’ont pas été purement et simplement abandonnés ou intégrés plus moins légalement dans les propriétés riveraines, nombre d’entre eux sont devenus de larges assiettes empierrées, voire asphaltées, aux cours sévèrement rectifiés.
Quelques-uns, pourtant, poursuivent discrètement leurs carrières tout au long de tracés dont l’origine se perd souvent dans la nuit des temps. Voies de pèlerinages ou simples raccourcis entre hameaux, ils constituent autant de vestiges du maillage qui parcourait la campagne aux temps pas si lointains où elle se vivait à pied, ou au pas des chevaux.

 

ponts_de_chayes_lienne_3

Le pont sur la Lienne

 

Le tourisme lent les a pris en affection, et rien n’interdit de penser qu’ils pourraient bien connaître un regain d’intérêt beaucoup plus basique avant longtemps. Quoi qu’il en soit, leurs cours sont généralement d’un grand intérêt : que ce soit en matière de biodiversité ou de préservation du petit patrimoine, vivre à l’écart de l’agitation ambiante présente quelque avantage.
Ainsi faudra-t-il emprunter les chemins de traverse pour découvrir, voisinant le plus souvent un gué, les derniers exemplaires de ces ponceaux typiques composés d’imposantes dalles de schiste posées sur des piliers de même nature ou de blocs de quartzite. Et les surfaces polies des “ ponts de chayes „, puisque c’est d’eux dont il s’agit, témoignent à suffisance de l’usage intensif dont ils firent longtemps l’objet.

 

pont_de_chayes_tienmesse_nels

Le pont du Tienmesse, une carte postale de chez “Nels”

 

Certains d’entre eux sont célèbres. Ainsi le pont de chayes du Tiennemesse qui, à Vielsalm, connaît ses heures de gloire annuelles lors du Sabbat des Macralles et quand bien même sa configuration actuelle n’a plus grand rapport avec celle de son imposant aîné.
D’autres accueillent avec une ténacité bienveillante le pas des promeneurs modernes après avoir évité le bain de pieds aux voyageurs de jadis lors de leur traversée de la Lienne, par exemple. À l’occasion, ils permettent même quelques instants de rêverie.

 

ponts_de_chayes_tienmesse_2

Le pont du Tienmesse aujourd’hui

 

Dans ce coin de Haute-Ardenne, leur imposantes couvertures proviennent des carrières de Joubiébal où l’on extrayait, aisément semble-t-il, des dalles de belles dimensions exportées dans une vaste zone géographique. Il est toujours possible de s’en faire une certaine idée en fréquentant le parc public qui, désormais, occupe une partie de leur emplacement au carrefour des routes de la Baraque de Fraiture et de Sart-Lierneux. Là ou ailleurs, les ponts de chayes auraient sans doute disparu l’un après l’autre si les collectivités locales n’avaient, depuis quelques années maintenant, pris conscience de l’importance de ce genre de témoin du quotidien de nos Anciens. N’hésitez pas à leur confier vos foulées, et à profiter des sensations générées par le cadre bucolique dans lequel ils s’inscrivent généralement.

Ecrit par Patrick Germain 09-01-2008

________________________________________
Crédit(s) photographique(s):Patrick Germain (Région de Lierneux – et merci à Élisabeth Guillaume pour sa doublement gracieuse collaboration) Sauf reproduction de carte postale : Nels éd.
Source :
•    “ Autour et à l’entour du tram de Lierneux „ – Collectif – Robert Nizet éd. à Vielsalm – 1997 “ Vieilles images sur toits de cherbins „ – Robert Nizet – ibid 1986 – “ Vielsalm „ – Plaquette commémorative éditée à compte d’auteur par Jean-Marie Hurdebise – Vielsalm (année ?) – 129

 


Galerie


Où sont-ils

Tienmesse

ponts_de_chayes_tienmesse_2

Le pont du Tienmesse

Le pont d'Odrimont

ponts_de_chayes_odrimont_1
Le pont d’Odrimont

Sur la lienne

ponts_de_chayes_lienne_3
Le pont de Lienne


500 vues

Vielsalm




Lierneux




La glacière de Hermanmont – Vielsalm

La glacière de Hermanmont – Vielsalm

La glacière de Hermanmont – Vielsalm

C’est dans la seconde moitié du 19ème siècle que fut édifiée la glacière de Hermanmont. Un édifice que d’aucuns confondent encore avec une chapelle, restauré à la fin du siècle dernier, et visible depuis la route menant à Recht, à la sortie de Vielsalm.

Jusqu’à la moitié du 19ème siècle, le “mont de Herman” ( du nom d’un comte de Salm de la deuxième moitié du 11e ou de la première moitié du 12e siècle) n’a comporté que les bâtiments d’une exploitation agricole. Peu après 1850 arrive à Vielsalm, où la chasse à courre s’implante,  monsieur Théophile Grart d’Affignies qui se loge d’abord dans la localité puis, dès 1854, à Hermanmont. Il devient propriétaire du domaine par acte du 16 novembre 1858 passé devant le  notaire Jacques  et pour un prix de 58.000 francs.
À son décès en 1879, le bien passe à Camille de Jacquier de Rosée et à son épouse Marie de Seyssel d’Aix. De plus ou moins 1858 à 1895 au plus tard, date du décès du baron, va s’aménager un fameux domaine qui comprend outre un réseau hydrographique assez particulier ( 3 étangs, 2 canaux, 1 mare, 1 cascade , l’alimentation de la roue du moulin) une série de constructions : une ferme, un château, un chenil, deux maisons, un pavillon, un moulin…et une glacière.

 

 

 

 

La glacière bordant la route vers ville-du-Bois

 

Le principe de la glacière est simple et on en trouvait presque partout en Belgique ( et à l’étranger), en général à proximité des châteaux ou, comme à Spa, des hôtels. Il s’agit d’une construction, enterrée et isolée le mieux possible. Dans le fond, un système d’évacuation des eaux vers un puits perdu permet de conserver la glace prélevée aux étangs voisins jusqu’en été. La glacière permettait de présenter à table glaces, sorbets ou autres préparations et se montrait fort utile pour l’élaboration de compresses et médications diverses.

La baronne de Rosée écrivait dans ses souvenirs le mercredi 6 août 1914 : “J’ai été interrompue par les dames Beaupain qui venaient voir si j’avais encore un peu de glace pour une pauvre dame qui vient d’avoir une attaque d’apoplexie.” Et dans une note de fin d’ouvrage : “on venait parfois en demander pour l’asile des fous de Lierneux”.

 

 

SAUVÉE DE LA RUINE

 

 

glaciere_vielsalm_4

 

 

 

Son petit-fils, Carlo Cardelli indiquait en note complémentaire aux souvenirs de sa grand-mère : ” Un escalier tournant conduisait à une basse terrasse couverte par le toit d’ardoises. Les feuilles mortes amoncelées par le vent sur les dalles en pierre offraient une belle tentation pour allumer un feu. La glacière proprement dite était en-dessous. La porte, arrachée, montrait un grand trou béant, duquel montait l’odeur nauséabonde de quelque animal, chat, oiseau taupe qui y avait trouvé la mort.
Autrefois, on y plaçait des gros blocs de glace, taillés dans l’étang, qui se conservaient jusqu’à l’été. Grand-papa en donnait généreusement à qui en demandait. Maman racontait que, souvent, on en envoyait quérir de l’hospice des fous de Lierneux.”

La glacière de Hermanmont est surtout connue pour sa partie visible, un petit édifice en briques avec toit pointu, sous des grands hêtres. En 1918 on vit des Allemands s’y agenouiller et prier, la prenant pour une chapelle.
Avec la généralisation de la distribution d’électricité, la glacière fut peu à peu délaissée dès après la première guerre. Lors de la seconde, elle subit certains dégâts puis le toit s’effondra, les arbres furent abattus, la route élargie, la végétation reprit ses droits si bien qu’au début des années nonante, la glacière n’était plus que ruines.

En 1992, sur proposition du Collège des Bourgmestre et Echevins, le Conseil communal de Vielsalm approuvait à l’unanimité l’achat par la Commune de ces ruines : les étapes de la restauration pouvaient s’enchaîner pour déboucher sur l’inauguration de la glacière restaurée lors des journées du Patrimoine des 9 et 10 septembre 1995. A cette occasion fut éditée une petite brochure reprenant toutes les données techniques aussi bien de la cuve que du petit édifice la surplombant.

Ecrit par :Robert Nizet 09-09-2008


 

Galerie


 

Où est la glacière

La glacière de Hermanont

glaciere_vielsalm_7

La glacière

519 vues

Balade de Petit-Thier | Vielsalm

Balade de Petit-Thier | Vielsalm

Balade de Petit-Thier | Vielsalm

Au départ de Petit-Thier, c’est à une promenade familiale que nous vous convions. Sur des voies en bon état et dans une grande quiétude, elle musarde de forêt en lisière. En route !

carte_promenade_vielsalm
La carte, toujours utile peut être obtenue à la Maison du Tourisme du Pays de Salm.

www.vielsalm-gouvy.be/

Tél.: 0032 (0) 80 21 50 52

 

Suivre ce fléchage:

flechage_rouge

Promenade de 8km.
Départ à l’église du Village de Petit-Thier, Vielsalm
Assez facile sur des chemins empierrés ou asphaltés. Comprend quelques passage sur des sentiers forestiers.
Durée de plus ou moins 2 heures en marchant bien.

Cette balade commentée et photographiée s’est déroulée en juin 2016. Il est possible que le paysage ait subi quelques modifications lorsque vous réaliserez vous-même la rando. Des bâtiments peuvent avoir été construits ou détruits, et en forêt, les mises à blanc modifient sensiblement le paysage. A moins que vous ne fassiez la rando dans quelques millions d’années, le relief devrait en revanche rester identique.

Allons-y, bonne balade !

1-
Avant de nous lancer sur le parcours, un crochet par l’ancien cimetière (de l’autre côté de la route régionale, attention en traversant) permet de découvrir une grande variété de croix de schiste, ainsi qu’un monument votif aux défunts naguère enterrés sur le site qui était également celui de la chapelle primitive du village. On y trouve également une jolie fontaine et, si l’envie de lire vous prend avant le départ ou au retour, une micro-bibliothèque installée par la bibliothèque de Vielsalm. Le principe est de déposer un livre que vous avez lu et de retirer dans la bibliothèque un autre qui vous intéresse.

De facture classique, le sanctuaire actuel est placé sous le patronage de st. Antoine de Padoue.

2-
Les premiers hectomètres de la promenade traversent un quartier de Petit-Thier où l’on constate que l’ancien et le moderne peuvent faire bon ménage. Profitons de la descente car, à partir du pont enjambant un ruisseau qui serait donc la Salm authentique, ça grimpe ! Pas (trop) fort, mais longtemps.
3-
Les premières maisons de Blanche-Fontaine nous accueillent. Sur notre gauche, peu avant de traverser l’assiette de l’ancienne voie ferrée reliant Vielsalm à Saint-Vith, l’origine d’une première croix reste sujette à caution. Sa nature serait toutefois votive.

Et ça grimpe. Après la traversée de Blanche-Fontaine, plaisant hameau dont la quiétude pourrait bien être menacée – circulation de poids lourds oblige – avant longtemps, une route asphaltée pénètre sous les premières frondaisons du bois communal.

4-
On appréciera au passage la majesté de quelques douglas bordiers, ceux-ci ont été martelés. Ce qui signifie que lorsque vous passerez à cet endroit, ils seront déjà transformés en bois de charpente ou en parquet.. Nous arrivons au premier diverticule : celui de Tinseubois, à gauche. À vous de décider : l’endroit vaut le détour.
Le temps de jeter un œil sur la croix Raskin (votive), et l’itinéraire classique s’enfonce dans les premiers hectares de la forêt domaniale du Grand-Bois.
5-
En cheminant vers notre prochaine étape – la croix Chmits – prenons le temps de découvrir de nombreux semis naturels d’épicéa. L’arbre est ici « en station » et le fait savoir. Signalons au passage que la monoculture intensive de cette essence, pour autant de raisons, est en passe d’avoir vécu : le douglas, principalement, remplace régulièrement celui dont on a dit tant de mal… et tiré d’importants bénéfices.

Tout au long du parcours, outre des buissons de myrtilles, d’imposants blocs d’arkose – parfois rassemblés en tas plus ou moins volumineux – rappellent que l’Ardenne est, ici tout particulièrement, une terre dure à faire chanter. Tant pour les forestiers que pour les agriculteurs de naguère, dépourvus de puissantes mécaniques : sang et sueur firent longtemps partie du menu des travaux et des jours.

6
Les pinsons se répondent, sous la voûte des arbres, tandis que nous arrivons à la croix Chmits. Restaurée, celle-ci est de type commémoratif. C’est à cet endroit que, le 8 juillet 1843, fut découvert le corps ensanglanté du brigadier des douanes Chmits.

Ayons une pensée pour le défunt, avant de poursuivre notre promenade. À partir de la croix Chmits, celle-ci prend la diagonale des courbes de niveaux, montant sagement vers la bifurcation en direction de Burtonville, que nous rejoignons par un sentier dont le sol meuble atteste du passage de nombreux cavaliers. Une courtoisie mutuelle sera de bon aloi, en cas de cohabitation. Elle se soldera généralement par un grand « bonjour » accompagné d’un sourire. Toujours bon à prendre.

Des protections contre le gibier ont été installées autour des parcelles de régénération naturelle des épicéas.

7
Notons au passage la présence de sphaignes, de vestiges de fossés de drainage et d’une clairière fangeuse non colonisée. Autant de témoins d’une époque où fagnes et tourbières occupaient une bonne partie de la région.
8-
Abordons à présent la longue descente qui va nous ramener à Petit-Thier, en passant par Burtonville. Comme souvent les villages établis en lisière de forêt, se découvrent par leurs premières pâtures. Le sentier ombragé nous fait aborder les premières maisons du village, où nous rencontrerons les premiers habitants à tâches noires pour l’un et rouges pour l’autre. Ils broutent en nous jetant un regard distrait…

Nous rencontrons les premières colonisations d’oxalis petite oseille

9-
Le second diverticule vous invite à la découverte d’un village dont le patrimoine bâti vaut le détour. Il commence face au monument d’arkose dédié aux combattants de la 75ème division d’infanterie des Etats-Unis et aux victimes civiles des terribles combats qui se sont déroulés ici lors du refoulement de la bataille d’Ardenne, que l’on nomme généralement “L’offensive” dans la région.
10-
Pour sa part, notre promenade suit la lisière dans l’ombre bienvenue de haies arborescentes d’essences variées. À gauche, l’une des premières pâtures visibles est celle où se déroulait annuellement le concours de débardage de Burtonville.

En ce mois de juin, nous longerons une coupe de perches d’épicéas; un travail à l’ancienne, exécuté à la “rasette”. Les perches abattues attendent le cheval de débardage.

Plus loin, c’est une pâture au foin généreux qui attend la faucheuse.

11-
Et ça descend toujours. Nous traversons un coin de forêt en partageant le chemin avec une source, avant de retrouver un paysage ouvert qui annonce l’écurie. La promenade fait un angle droit… à gauche… dans la pointe duquel on découvre une ferme restaurée avec beaucoup de respect de son intégrité. Le fournil est visible du chemin, de même qu’une partie du dallage en arkose qui ceint le bâtiment. Nous avions effectué cette balade il y à quelques années déjà, le bâtiment est un peu désordonné aujourd’hui. Des travaux sont en cours probablement ? Pourvu que cela redevienne aussi coquet qu’avant.
12-
Nous retrouvons l’ancienne voie ferrée, que nous traversons pour découvrir une nouvelle croix votive : la croix Thoumsin. Le texte de sa plaque de schiste est impératif : « O vous qui passez humiliez-vous et inclinez-vous devant cette croix d’année 1931 ». Soit : à vous de voir.

Et bienvenue à Sart-Hennard. Arrêtons-nous au passage devant la barrière d’une propriété où une magnifique maison en bois nous rappelle que ce type de construction n’est désormais plus réservé aux inimitables (…) chalets de vacances dont on ne célèbrera jamais assez le bon goût général.

Le temps de traverser la Salm / ruisseau de Petit-Thier / ruisseau de Hermanmont… et un petit casse pattes nous ramène à l’église de Petit-Thier.
Cette promenade guidée en notre compagnie s’achève : nous espérons qu’elle vous aura donné envie d’y aller voir.

Vielsalm




Lierneux




Dormir, manger, bouger en Ardenne

L’Ardenne couvre en Belgique, la province du Luxembourg, le sud et l’est de la province de Liège et le sud de la province de Namur. En France elle s’inscrit dans le département des Ardennes. Elle se prolonge au Grand-Duché de Luxembourg sur la province du nord, l’Oesling.

Vous trouverez sur les sites ci-dessous toutes les adresses afin de passer un bon séjour touristique en Ardenne.

Le site officiel du tourisme dans les Cantons de l'Est
Le site officiel du tourisme en province de Liège

Le site officiel du tourisme en province de Liège

Le site officiel du tourisme en province de Namur

Le site officiel du tourisme en province de Namur

Le site officiel du tourisme en Ardenne française

Le site officiel du tourisme en Ardennes française

Le site officiel du tourisme en Ardennes luxembourgeoises

Rappel des liens :

La myrtille

Perle noire de l'Ardenne

L'épicéa

Ce sapin qui n'en est pas un!

L'oxalis petite oseille

Les usages domestiques et médicinaux de cette plante sont innombrables.

La croix Schmitz dans le Grand-Bois

L'Ardenne est parsemée de croix.

L'offensive des Ardennes

Décembre '44, l’Ardenne, où quasiment personne n’envisage même l’éventualité d’une attaque.

La chapelle de Tinseubois

Au coeur de la forêt domaniale du Grand-Bois