La promenade de la Croix des fiancés à la Baraque Michel

Certainement la balade en Hautes-Fagnes la plus pratiquée. Elle fait la boucle à partir de la célèbre Baraque Michel et la chapelle Fischbach, puis, passe par ce qui est sans aucun doute la croix la plus célèbre des Hautes-Fagnes, « la croix des fiancés ».

Cette balade commentée et photographiée s’est déroulée en août 2020. Il est possible que le paysage ait subi quelques modifications lorsque vous réaliserez vous-même la rando.
En forêt, les mises à blanc modifient sensiblement le paysage, les jeunes plantations sont devenues de belles forêts, un mirador a été construit ou démonté,…
A moins que vous ne fassiez la rando dans quelques millions d’années, le relief devrait en revanche rester identique.

Allons-y, bonne balade !

 

Le tracé est aisé, sans dénivelé important. Attention cependant, si nous avons réalisé le parcours pendant une période particulièrement sèche, il pourrait être plus difficile d’emmener une poussette par temps humide. Rappelons par ailleurs qu’il est toujours possible que les trajets en fagnes soient interdits en cas  de sécheresse prolongée,… ce qui semble devenir une habitude. Notons également que les inscriptions « zone b » sur les cartes locales signalent que nous sommes en réserve naturelle dont l’accès est permis sous certaines conditions : rester sur les chemins balisés, chiens en laisse, ne pas fumer, à fortiori lorsqu’il fait sec.

 

Clic sur les images pour agrandir.

Suivre ce fléchage:

Les balises rouges

Au départ de la chapelle Fischbach, le sentier s’enfonce directement dans la fagne et sa flore caractéristique. D’anciennes bornes de pierre nous rapellent que nous longeons ce qui fut la frontière entre la Belgique et la Prusse avant la première guerre mondiale. Les bornes sont gravées d’un B côté belge et d’un P côté prussien. La plupart portent également un numéro.
D’emblée, les premières tourbières nous mettent en garde contre les dangers de la Fagne. S’enliser dans une tourbière peut être mortel.

Un majestueux « sorbier des oiseleurs » nous ouvre la voie. C’est décidément une année de belle fructification. Les merles et les grives friands de ces baies rouges seront à la fête toute l’année.

Après un premier tronçon facile à travers les étendues de la Fagne, nous voici face à la Croix des fiancés, à côté d’une borne frontière.

C’est ici qu’en hiver 1871 on retrouva le corps sans vie de Marie Solheid, la jeune fagnarde de 24 ans. Elle et François Reiff son fiancé allaient bientôt se marier. Afin de remplir les formalités nécessaires, ils décidèrent de se rendre de Jalhay à Xhoffraix où Marie était née. Sans écouter les conseils avisés, ils voulurent traverser la Fagne. La tempête de neige les surprit, ils se perdirent. Marie mourut à cet endroit, François parti à la recherche de secours périt à son tour à quelques encablures de sa fiancée.

Depuis son installation quelques temps après le drame, la pauvre croix de bois est régulièrement entretenue par des bénévoles et remplacée lorsque nécessaire. La croix actuelle date de 2019.

Face à elle, une stèle due aux « Amis de la Fagne » est dédiée à Henri Angenot qui fut un des premiers à éditer un guide de la Fagne en collaboration avec Albert Bonjean en 1912. Albet Bonjean, le « chantre de la Fagne »  a quant à lui son monument dédié de l’autre côté de la grand-route, en face du restaurant de la Baraque michel.

Quelques dizaines de mètres plus loin, nous obliquons à gauche et nous quittons la Vecquée, cette ancienne voie gauloise puis romaine. Elle était restée une route très fréquentée jusqu’au moyen-âge.

Un petit panneau indique que nous quittons la réserve naturelle pour entrer en forêt. Le petit logo PEFC signale que cette forêt est gérée durablement  selon le cahier des charges PEFC.

On s’en aperçoit immédiatement, le décor passe abruptement de la lande à la forêt. C’est sur ce petit tronçon que la circulation serait plus difficile par temps humide. Ca et là, des caillebotis sont d’ailleurs installés pour garder les pieds au sec. Nous retrouvons la compagnie des épicéas qui contribuent très largement à assécher les Fagnes.

Ce sentier rejoint une route asphaltée. Rassurez-vous, il n’y a pas de circulation, c’est une route réservée à l’exploitation forestière.
Nous d’abord longeons un petit bois de bouleaux (une boulaie) et ensuite une plantation d’épicéas derrière une haute clôture. On suppose que la clôture protège les jeunes épicéas du grand gibier friand des bourgeons et jeunes pousses. On comprend aisément que si le gibier décore les jeunes plants, la perte économique est sérieuse. Les fleurs mauves sont des épilobes, très fréquentes en Ardenne, et très décoratives en cette saison.

Après ce court passage sur la route, en suivant toujours les balises rouges, nous revoici sur un sentier qui nous ramène vers la chapelle Fischbach. Quelques hêtres torturés par le vent et les frimas témoignent à quel point  le climat fagnard est extrême.
Après 5,8 kilomètres, voici la chapelle. La boucle est bouclée.
Merci de nous avoir suivi.

Jalhay


Malmedy


Baelen


Theux




Rappel des liens :

La chapelle de Bon Secours, au hameau de Fischbach

C’est au chevalier Henri-Toussaint Fischbach que l’on doit l’érection de la chapelle qui porte son nom, à un jet de pierre de la Baraque Michel.

La Croix des fiancés

L'histoire tragique de Marie et François, les fiancés de la Fagne ...

L'épicéa

Ce sapin qui n'en est pas un!

Le sorbier des oiseleurs

De tous les arbres du genre « sorbus », le sorbier des oiseleurs (Sorbus aucuparia) est certainement un des plus présent en Ardenne(s), et certainement le plus apte à se développer dans les landes et les forêts locales.

18 vues

%d blogueurs aiment cette page :