Le chant du Laetare – Vidéo

Le chant du Laetare – Vidéo

Le troisième dimanche avant pâques, se déroule un des principaux rendez-vous du folklore ardennais : la laetare de Stavelot (on peut dire le laetare).

Un grand cortège haut en couleurs parcourt les rues de la localité au milieu des visiteurs enthousistes. Les rois de la fête sont sans conteste, les Blancs Moussis; personnages mystérieux, tout de blanc vêtus, portant un masque hilare au long nez rouge, qui vont et viennent, grognent, sautillent, lancent des confettis et taquinent la foule avec des vessies de porc gonflées.

Les Blancs Moussis (c’est du wallon, cela se traduit plus ou moins par : ceux habillés en blanc), sont apparus en 1502 en réaction à un interdit du Prince Abbé de la Principauté de Stavelot-Malmedy d’interdire aux religieux de se mêler aux réjouissances populaires. La foule choisit alors de revêtir des habits imitant ceux des moines pour remplacer leur absence forcée. Après de nouvelles interdictions des autorités religieuses, l’habit blanc remplaça le capuchon monastique etse compéta d’un long nez rouge en signe de dérision.

Chant du Laetare de Stavelot – Musique de Raymond Micha – L’Orphée de Stavelot dir. Albert Van Lancker – Photos Pierre-Alexandre Massotte – Montage André Micha

La photo d’entête de l’article est de Pierre-Yves Sougne

Le site de la laetare >>>

A visionner en plein écran : cliquez sur cet icône  qui apparait dans le fond à droite lorsque vous passez la souris sur la vidéo.


 


 

Beho : les couleurs du choeur | Gouvy

Beho : les couleurs du choeur | Gouvy

La Chronique rapporte que le cheval de Herman II, comte de Salm retour des croisades et bellement pourvu en reliques, refusa obstinément de laisser le village de Beho derrière lui.  Venant d’une destrier rôdé en Palestine, pareil caprice ne pouvait être naturel. Le bagage sacré n’irait donc  pas plus loin : Herman décida d’ériger une chapelle pour y exposer lesdites reliques à la vénération, donnant naissance à la première église de Beho.

(suite…)

Enigme : d’étranges croix, à Burtonville.

Enigme : d’étranges croix, à Burtonville.

Lors des travaux d’aménagements de la zone industrielle de Burtonville, deux épaisses dalles d’arkose sont (re)découvertes. À leur surface, en bas-relief, de bien singuliers symboles cruciformes. Une idée sur ce qui demeure une énigme, pèlerin ?

 

Le bonjour vous va, pèlerin des vastes inespaces ! Au cas – improbable – ou notre introduction ne serait pas assez explicite, laissez-moi donc vous présenter ce qui va devenir une rubrique récurrente de Médiardenne.
Or donc, et si vous en doutiez encore, un fait est certain : il n’est pas nécessaire d’aller prendre l’air du côté de Stonehenge ou de Gizeh pour rencontrer les mystères de l’Histoire. L’Ardenne, en l’occurrence, est loin d’avoir livré les clefs de ses nombreux secrets. Certains dorment sous la terre, en attente de qui les exhumera. D’autres par contre, répertoriés ou non, plus ou moins exposés, soumettent leurs énigmes à qui les veut percer. À qui, surtout, les peut percer. Vous, qui sait ? Tenez, ces dalles, par exemple.

Toutes deux proviennent du site de l’actuel parc industriel de Vielsalm, dans les environs du lieu dit « Beaufays ». L’une d’entre elles semble bien correspondre à la description que fait Gaston Remacle dans « Vielsalm et ses environ ».
Je cite : « (…) deux dalles comportant une croix taillée en relief. À considérer leur aspect, on juge qu’elles ne peuvent avoir été travaillées qu’en vue de servir de pierres tombales ; ce ne peut être qu’à une époque antérieure à l’utilisation des dalles de schiste ardoisier, celui-ci étant de travail plus facile que l’arkose ».

Ah, l’arkose ! Une – très – vieille histoire, en ce terroir. En témoignent, par exemple, les meules ovoïdes dont le même Gaston Remacle écrit : « (…) il semble bien [que] (…) leur fabrication sur une grande échelle – manifestation d’une population déjà importante – ne puisse se situer avant la période celtique ».

 

enigme_burtonville_4

Les Celtes… décidément ! Et, sans doute, d’autres peuplements avant eux. Ce qui nous conduit tout naturellement à poser un regard particulier sur ces « croix ». On sait, en effet, que les symboles cruciformes ne sont pas l’apanage des chrétiens. Et que leurs représentations ne datent pas d’hier, tant s’en faut. On sait aussi que lesdits chrétiens – déférence gardée pour leur foi et pour les plus tolérants d’entre eux – ne furent pas toujours tendres envers ce qui sentait peu ou prou le souffre : au mieux, ils le christianisaient. Ainsi, en y regardant de plus près, la branche supérieure de celle-ci…

 

 

 

 

enigme_burtonville_5

… on remarque que le relief est un peu moins saillant.

L’artisan de l’époque ( ?) aurait-il « oublié » ce « détail », qu’il aurait rajouté par la suite au « T »  originel ? A-t-il, autre hypothèse, voulu laisser un signe ? Ou sommes-nous en présence d’une « double hache » christianisée ?

 

Un avis – éclairé – sur la question ? Simple comme le formulaire des commentaires ci-dessous : à vous lire, pèlerin !

Écrit par : Patrick Germain /2007


 

Où est Burtonville ?

Burtonville

etranges_croix_burtonville_entete

Les pierres taillées de Burtonville

Vielsalm




Lierneux




La galerie de Francis Gengoux

La galerie de Francis Gengoux

Trop tôt disparu en 2015, Francis Gengoux a toujours emporté un appareil photographique dans ses bagages lors de ses nombreux voyages vers des destinations lointaines et insolites.
Une habitude qui s’est muée en passion en 2004, lorsque le jardinier qu’il est au quotidien est devenu jardinier des images par amour des personnages et des sujets qu’il croise tout au long de ses pérégrinations en Ardenne ou aux antipodes.
Nous vous proposons de découvrir ici, régulièrement, une nouvelle photographie de cet artiste sensible et généreux « bien de chez nous ».