La Myrtille : perle noire de l’Ardenne

5Avr, 16 | La flore, Produits du terroir

Qui en se promenant dans les forêts d’Ardenne n’a jamais goûté ce véritable délice de la nature fondant et doux au palais ?

myrtille_perle_noire_C_confrerie_salm

Les pessières bien éclairées conviennent bien à la couverture de myrtilliers. Photo : Confrérie de la Myrtille de Salm

Petites baies noires-violacées, les myrtilles (frambâches en wallon, brimbelles en France) communes en Ardenne et en Campine ont été cueillies depuis des temps immémoriaux et ont même fait l’objet aux 19e et 20e siècles d’un commerce florissant pour certaines familles.

La myrtille (vaccinum myrtillus en latin) était prescrite par les médecins en remède contre les problèmes intestinaux. On lui reconnaissait également des vertus astringentes et elle était qualifiée d’excellente pour améliorer la vision nocturne.

C’est la construction du chemin de fer et l’essor des divers moyens de communication qui intensifièrent au début du siècle le commerce des myrtilles vers les grandes villes du pays et même vers la Grande-Bretagne. Un rapport des Eaux et Forêts évalue à 700 tonnes la cueillette de l’année 1936 et ces chiffres sont vraisemblablement très en-dessous de la réalité. A Bovigny, en 1920, M. Hay, grossiste, exportait en moyenne 10 à 20 tonnes de fruits par jour au départ de la gare de Courtil vers l ‘Angleterre. Ces myrtilles étaient cueillies un peu partout par les femmes et les enfants (qui s’absentaient de l’école pour cette période de l’été). Certaines personnes vraisemblablement expertes dans le maniement du peigne à myrtilles, rapportent avoir cueilli jusqu’à 100 kilos de fruits par jour mais ceci reste exceptionnel (50 kilos par jour étant une bonne moyenne).

Les outils de la cueillette, les peignes à myrtilles

 

cueillette au peigne à myrtilles

 

La cueillette et le commerce des myrtilles jadis si florissant ont cependant disparu progressivement vers les années 40 pour trois raisons principales : la raréfaction * des arbustes à myrtilles due aux déboisements et reboisements en épicéas ; l’instauration des congés payés en 1936 qui apportaient un supplément des rentrées financières aux salariés, les dispensant de ce « travail saisonnier »; l’acquisition par les familles de véhicules automobiles leur permettant de se rendre en forêt pour pratiquer elles-mêmes la cueillette

A l’heure actuelle, les myrtilles sont importées de Pologne ou d’Ukraine. On les cueille aussi dans la région de Hambourg et aux Etats-Unis (myrtilles à chair blanche)

Le peigne à myrtilles est un véritable prédateur de la plante tellement il est efficace. La cueillette reste tolérée dans les bois communaux ou domaniaux pour un usage « personnel et privé », ce qui un peu flou admettons-le. L’usage du peigne ne devrait pas poser de gros problèmes à condition que le coffre de votre voiture ne dissimule pas quelques sacs pleins manifestement destinés à la revente.

Dans notre région d’Ardenne, pas mal d’autochtones se rendent encore dans les bois en juillet-août et récoltent les fruits pour la confection de confitures et de succulentes tartes-maison de même que pour le fameux tcha-tcha (myrtilles fraîches écrasées avec du sucre) que l’on étale sur les tartines.

Certaines personnes cueillent en plus grande quantité et revendent les myrtilles à des boulangers ou à des restaurateurs. A Vielsalm, le 21 juillet, a lieu chaque année la  » Fête des myrtilles « . A propos, vous-êtes-vous déjà régalé d’une délicieuse tarte aux myrtilles ? Non ? Alors, pour vous et rien que pour vous, en voici la recette. A vos platines !

La raréfaction des myrtilles est due aux peuplements d’épicéas trop serrés ne laissant pas passer la lumière en suffisance. Par contre, sous les vieux épicéas (peuplements éclaircis), la myrtille pousse en abondance. On a constaté qu’elle est mycorhizée c’est-à-dire qu’elle vit en symbiose avec un champignon de telle sorte qu’une transplantation de myrtilles (le français ne dit pas myrtillier) ne peut réussir que si on transporte en même temps sa terre d’origine. D’autre part, un arbuste à myrtilles portera d’autant plus de fruits s’il est taillé. Dans nos forêts, cette taille est opérée naturellement par le gibier qui mange les feuilles en hiver.

Marie Hélène Dourte / 2005

 

myrtille_perle_noire_confrerie_C-Confrerie_salmLa Confrérie de la Myrtille de Salm

>> Voir le site

 


 

Nous recommandons











Dans la région…

Location de trottinettes électriques tout terrain à Vielsalm

 

Location de trotinettes électriques à Vielsalm

 

​En famille, entre amis ou avec vos collègues, parcourez les sentiers en bordure des prés, traversez les forêts, longez l’eau, atteignez les points de vue sans effort.

​La trottinette électrique tout terrain est très facile à prendre en main. Nul besoin d’être un sportif aguerri! Contrairement au VTT, il ne s’agit pas d’une assistance mais un « full électrique ». Aucun effort physique n’est demandé à l’utilisateur. Equipées de moteurs de 750 ou 1500 watts alimentés…

Ler Lamier jaune à Logbiermé |  Trois-Ponts

 

Le petit village de Logbiermé sur les hauteurs au milieu du triangle Vielsalm – Trois-Ponts – Stavelot se trouve sur une route en cul de sac.

Arrivés dans la clairière de Logbiermé, vous êtes agréablement surpris par la quantité d’arbres qui peuplent le paysage, une vue magnifique qui porte à 30 kilomètres.

En plein milieu des Ardennes, à proximité des Fagnes et du Grand-Duché de Luxembourg, vous vous trouvez à l’endroit idéal pour des promenades en forêt.

 Les Pieds verts | production BIO à Amcômont – Lierneux

 

 Nous produisons des plants à repiquer variés biologiques pour les particuliers.

 Nous proposons également des légumes frais et de saison issus de notre production.
Nous cultivons dans le plus grand respect du vivant en suivant le cahier des charges BIO et en développant des techniques de productions simples, artisanales, respectueuses de l’environnement.

Nous pouvons ainsi vous proposer des produits de qualité, cultivés avec passion et dans le plus grand respect de la nature.