Le Boultê : histoire controversée d’un repère en Hautes-Fagnes.

Le Boultê : histoire controversée d’un repère en Hautes-Fagnes.

A quelques pas de la Baraque Michel, en contrebas de l’assiette de la grand-route qui traverse la Fagne, un curieux monument ne manque pas d’attirer l’attention. C’est « Le Boultê ». Une colonne en arkose de Waimes, haute de quelques 4,50 m et surmontée d’une pigne, dont la seule certitude est sa vocation de repère.

 

Un colone en arkoze.

Une colonne en arkose de Waimes, haute de quelques 4,50 m et surmontée d’une pigne.

 

 

L’on s’entend généralement pour faire remonter son érection, en 1566, par les familles Hauptmann-Panhaus (Panhuys, en fait) dans la foulée d’autres colonnes et croix destinées à guider les voyageurs sur : «la grande Faigne au chemin royal tirant de Limbourg à Trèves». Certains historiens ajoutent que ces monuments seraient également liés à la Réforme, dont les familles Hauptmann et Panhuys avaient embrassé la foi. Ils auraient ainsi jalonné les itinéraires vers les lieux de rassemblement protestants.
D’autres prônent toutefois l’antériorité du Boultê, qui aurait servi de modèle aux colonnes Hauptman et Panhaus. Il semble néanmoins exclu que cette colonne ait pu constituer un milliaire, ou tout autre édicule romain.

Quant au vocable « Boultê », il faudrait y voir une corruption de la forme « boule », plutôt que de la  « baratte » parfois évoquée. Ce terme proviendrait de l’époque où, suite à la dégradation du monument, seule subsistait la partie inférieure, tronquée.

 

 

Le boulte surmonté de sa pigne

Un pigne dont l’origine n’est pas déterminée, et bien-entendu, une croix.

Brisée en 1749, la colonne est renversée en 1878 par l’administration allemande afin d’éviter toute confusion avec les bornes frontières. En 1905 ce qui reste du Boultê est à deux doigts de finir en caillasse. Mais quelques fagnards éclairés veillent. Aidés par les abbés Pietkin et Beeckman, ils obtiennent que le monument soit non seulement redressé, mais aussi restauré. C’est chose faite en 1906.
Il est alors couronné d’une pomme de pin et d’une petite croix. Cette pigne proviendrait de l’ancien perron de Malmédy ou de la Colonne Hauptman, selon les sources. En 1945, le Boultê est à nouveau renversé par les troupes américaines, lors des travaux de rectification de la route. « Les Amis de la Fagne » le redressent en 1947, et le déplacent ensuite lors de l’élargissement de la chaussée. Il figure depuis sur l’insigne de l’association.

Écrit par :Patrick Germain /2007

Source :
•    « Guide de la Fagne » – A.J. Freyens – Vème édition, chez Marabout (Ed Gérard, Verviers) –

 


 

Baraque Michel

Dormir, manger, bouger en Ardenne

L’Ardenne couvre en Belgique, la province du Luxembourg, le sud et l’est de la province de Liège et le sud de la province de Namur. En France elle s’inscrit dans le département des Ardennes. Elle se prolonge au Grand-Duché de Luxembourg sur la province du nord, l’Oesling.

Vous trouverez sur les sites ci-dessous toutes les adresses afin de passer un bon séjour touristique en Ardenne.

Le site officiel du tourisme dans les Cantons de l'Est
Le site officiel du tourisme en province de Liège

Le site officiel du tourisme en province de Liège

Le site officiel du tourisme en province de Namur

Le site officiel du tourisme en province de Namur

Le site officiel du tourisme en Ardenne française

Le site officiel du tourisme en Ardennes française

Le site officiel du tourisme en Ardennes luxembourgeoises

Enigme : d’étranges croix, à Burtonville.

Enigme : d’étranges croix, à Burtonville.

Lors des travaux d’aménagements de la zone industrielle de Burtonville, deux épaisses dalles d’arkose sont (re)découvertes. À leur surface, en bas-relief, de bien singuliers symboles cruciformes. Une idée sur ce qui demeure une énigme, pèlerin ?

 

Le bonjour vous va, pèlerin des vastes inespaces ! Au cas – improbable – ou notre introduction ne serait pas assez explicite, laissez-moi donc vous présenter ce qui va devenir une rubrique récurrente de Médiardenne.
Or donc, et si vous en doutiez encore, un fait est certain : il n’est pas nécessaire d’aller prendre l’air du côté de Stonehenge ou de Gizeh pour rencontrer les mystères de l’Histoire. L’Ardenne, en l’occurrence, est loin d’avoir livré les clefs de ses nombreux secrets. Certains dorment sous la terre, en attente de qui les exhumera. D’autres par contre, répertoriés ou non, plus ou moins exposés, soumettent leurs énigmes à qui les veut percer. À qui, surtout, les peut percer. Vous, qui sait ? Tenez, ces dalles, par exemple.

Toutes deux proviennent du site de l’actuel parc industriel de Vielsalm, dans les environs du lieu dit « Beaufays ». L’une d’entre elles semble bien correspondre à la description que fait Gaston Remacle dans « Vielsalm et ses environ ».
Je cite : « (…) deux dalles comportant une croix taillée en relief. À considérer leur aspect, on juge qu’elles ne peuvent avoir été travaillées qu’en vue de servir de pierres tombales ; ce ne peut être qu’à une époque antérieure à l’utilisation des dalles de schiste ardoisier, celui-ci étant de travail plus facile que l’arkose ».

Ah, l’arkose ! Une – très – vieille histoire, en ce terroir. En témoignent, par exemple, les meules ovoïdes dont le même Gaston Remacle écrit : « (…) il semble bien [que] (…) leur fabrication sur une grande échelle – manifestation d’une population déjà importante – ne puisse se situer avant la période celtique ».

 

enigme_burtonville_4

Les Celtes… décidément ! Et, sans doute, d’autres peuplements avant eux. Ce qui nous conduit tout naturellement à poser un regard particulier sur ces « croix ». On sait, en effet, que les symboles cruciformes ne sont pas l’apanage des chrétiens. Et que leurs représentations ne datent pas d’hier, tant s’en faut. On sait aussi que lesdits chrétiens – déférence gardée pour leur foi et pour les plus tolérants d’entre eux – ne furent pas toujours tendres envers ce qui sentait peu ou prou le souffre : au mieux, ils le christianisaient. Ainsi, en y regardant de plus près, la branche supérieure de celle-ci…

 

 

 

 

enigme_burtonville_5

… on remarque que le relief est un peu moins saillant.

L’artisan de l’époque ( ?) aurait-il « oublié » ce « détail », qu’il aurait rajouté par la suite au « T »  originel ? A-t-il, autre hypothèse, voulu laisser un signe ? Ou sommes-nous en présence d’une « double hache » christianisée ?

 

Un avis – éclairé – sur la question ? Simple comme le formulaire des commentaires ci-dessous : à vous lire, pèlerin !

Écrit par : Patrick Germain /2007


 

Où est Burtonville ?

Burtonville

etranges_croix_burtonville_entete

Les pierres taillées de Burtonville

Vielsalm




Lierneux