La Terre de Salm, terroir de légendes, regorge de richesses et d’anecdotes. Une polémique hydronymique y a cours, aussi, à propos du nom de la rivière principale qui dévale vers l’Amblève : Glain, ou Salm ?

rives du glain_007Aux confins des provinces de Luxembourg et de Liège, le pays de Salm regorge de trésors. Environnementaux, archéologiques ou géologiques, pour n’évoquer qu’eux, tous témoignent d’un passé aux multiples péripéties.
Ainsi le sous-sol – que les spécialistes qualifient volontiers d’accident géologique – présente-t-il une infinie variété de minéraux, dont l’exploitation, pour certains, a considérablement remodelé le paysage. Schiste et coticule, mais aussi : or.

 

rives du glain_002Le long de certains ruisseaux sont encore visibles les tertres d’orpaillage laissés par les Celtes. Celtiques, aussi, les vestiges du “ Bec de Corbeau „, qui dominent la cluse du Glain.

POLÉMIQUE

Eh oui, nous sommes bien ici en vieille terre celtique ; et c’est bien d’une cluse, reliquat des âges de haute-montagne, dont il s’agit.
Quant à l’hydronyme Glain, c’est une autre paire de manches. Car la polémique fait rage, depuis des lustres. Polémique, ou mauvaise habitude héritée de la cartographie Ferraris ?
Car il serait vain de nier que la rivière, dont les sources jaillissent entre Beho et Commanster, ne prend le nom de Salm qu’à son entrée en territoire de rives du glain_004Salmchâteau. Plus loin, en aval, on rencontrera par ailleurs le Pont du Glain, à Trois-Ponts.

Il suffira pour s’en convaincre de consulter la carte IGN 56/5-6. Voilà donc une rivière qui, sans rencontrer de consoeur susceptible de faire d’elle son affluent, change de nom en quelques sauts de rochers. Étonnant, non ? Eût dit le regretté Desproges.

CLAIR COMME L’EAU DU GLAIN

Comme énoncé plus haut, il semblerait que la confusion remonte aux travaux de Ferraris, dont les enquêteurs auraient résolu le casse-tête relatif des dénominations locales en prêtant à la rivière le nom de l’illustre famille dont elle traversait alors les terres : Salm.
D’autres, après tout, ont bien trouvé un mont là où il n’en est point : Mont-le-Soie ( où il est par ailleurs fort peu probable que Marco Polo ait jamais mis les pieds ) vous salue bien !
Soit. Mais Salm ? La rivière Salm ? La Salm est en fait l’affluent qui se jette dans la rivière à Vielsalm, au pied de l’éperon rocheux qu’aurait surmonté le premier château des comtes du même nom.rives du glain_012

La différence est de taille. Pas seulement d’un point de vue hydrographique. Car si l’on fait généralement remonter l’hydronyme Salm au celtique (passé au germanique) salwa – sombre, brouillé – celui de Glain, pour sa part, nous renvoie à glan – clair, lumineux – à l’instar de ce qui se passe pour la Lienne voisine.

EMBÊTANT

Quant aux saumons héraldiques illustrant les armoiries de l’actuelle commune de Vielsalm, il convient de n’y voir que ce qu’elles sont : une référence aux armoiries dites parlantes des comtes de Salm.
Alors, bien sûr, il est toujours possible de lancer et de relancer la polémique. D’aucun s’y sont essayé. Mais, pour ce que nous en avons lu, l’affaire ressemble davantage à un règlement de com(p)tes avec la statue du Commandeur Gaston Remacle – tenant du Glain – qu’à autre chose.

rives du glain_014En fait, seules les lourdeurs administratives de notre temps empêchent – ici comme ailleurs – les rectifications qui s’imposeraient. Tout le monde ne peut pas sortir des “ Contes de Salme „ d’un chapeau et s’en trouver bien.
Oh, certes, tout ça ne changerait-il pas la face du monde. Mais.

rives du glain_018

 

 

Car on ne m’empêchera pas de fustiger cette dilution – parmi tant d’autres – de notre patrimoine dans un vaste marigot d’approximations dont Orwell, dans son “ 1984 „, dénonçait le danger : à force de vider les mots de leur sens, de leur histoire, on finit par faire bêler les peuples bien plus sûrement qu’en leur collant le canon d’un fusil dans les reins.

Écrit par :Patrick Germain /2008

Source :
•    “ Vielsalm et ses environs „ (Gaston Remacle) Carte IGN 56/5-6

%d blogueurs aiment cette page :