Haute-Bodeux sous le soleil ou la neige | Trois-Ponts

29 Fév, 20 | lieux

Il est des endroits discrets par nature et qui ne cherchent pas la notoriété bruyante et tapageuse. Haute-Bodeux fait partie de ces villages où tout semble paisible, tout spécialement sous la couche de neige qui a surpris les Ardennais en cette fin d’hiver.

 

Village ou hameau ?

Lorsque la grande sœur, Basse-Bodeux, était une commune à part entière, avant de devenir elle-même une des entités de Trois-Ponts, Haute-Bodeux était bien évidemment relié au bourg principal dont il est distant d’à peine deux kilomètres. Si l’administration et les activités se sont toujours concentrées en bas – à Basse-Bodeux – c’est pourtant en haut – à Haute-Bodeux – que se dresse le plus majestueux monument des deux Bodeux : le château.

 

 

 

Le château de Haute-Bodeux

 

 

 

Il est modeste et solide puisqu’il fut l’ancienne maison forte de la famille de Rahier. Cette très ancienne famille qui donna son nom au village de Rahier se développe considérablement au cours des siècles. Elle essaima jusqu’à donner naissance à la branche de Bodeux vers 1570. Le manoir est l’ancienne maison forte de la famille de Rahier. Il est de dimensions moyennes, en moellons de grès, avec une tour carrée rajoutée par la suite. La demeure seigneuriale est bien-entendu accompagnée d’une ferme à l’arrière dont l’ancrage porte la date de sa construction 1661. Le porche que nous apercevons du village est l’accès à la cour de la ferme. L’entrée principale du château se fait par un chemin privé de l’autre côté de la propriété.
Le manoir passa par plusieurs propriétaires après la Révolution pour entrer en possession de la famille Godin depuis le milieu du 20 ème siècle.
Aujourd’hui, sous le nom de « Castel Bodeux », il est transformé en location de vacance. Mais le bâtiment a conservé toute sa rusticité.

 

 

La chapelle

 

Il n’y a pas d’église ni de cimetière, il faut descendre à Basse-Bodeux. Pourtant, il y a bien une chapelle dédiée à Notre Dame des Pauvres. Elle fut inaugurée et bénie en 1957 grâce à une aide financière de la commune de Basse-Bodeux. Car jusqu’alors, les fidèles priaient dans un grange du village, Ils y récitaient le chapelet pendant les mois de Marie c’est-à-dire les mois de mai et d’octobre.
C’ est en 1956 que la commune de Basse·Bodeux accorda une aide financière de 100.000 francs pour la construction d’un sanctuaire à Haute- Bodeux. Différents corps de métiers et les habitants bénévoles construisirent cette chapelle au centre du village.
En 1959 arriva un nouvel habitant dans le patelin. C’était l’Abbé Gustave du MOULIN, un ancien prisonnier politique. Dans cette chapelle, il célébra la messe presque chaque jour pour le plus grand bonheur de tous, surtout pour les aînés. Le chapelet y était également récité comme d’habitude.
En 2007, fut fêté le cinquantième anniversaire de la bénédiction de cet édifice avec les anciens du village et des environs. Actuellement, une messe y est célébrée au moins une fois par an.

 

Le bureau de poste

 

Le bureau de poste, c’est malin, ne vous laissez pas prendre par ce titre à deux balles. Même avec la boite rouge accrochée au mur, ceci n’a évidemment jamais été un bureau de poste mais tout simplement une habitation traditionnelle ardennaise. Il y a un certain temps comme vous pouvez le constater.
S’il reste quelques traces des menuiseries, portes ou fenêtres, le remplissage des pans de bois a complètement disparu. La construction en colombages est la plus ancienne technique de construction en Ardenne où la pierre est certes bien présente, mais difficile à extraire. Pensons que nos ancêtres n’avaient que des pioches et des brouettes pour exploiter les carrières, il était plus simple d’abattre des chênes dans la forêt toute proche et de ramasser l’argile dont le sol ardennais est bien pourvu. Les colombages, ces espèces de châssis de bois, sont encore très souvent visibles dans toute la région que constitue l’ancienne Principauté de Stavelot-Malmedy. Entre les traverses verticales, horizontale et obliques qui constituent l’ossature, étaient enchevêtrées des branches de noisetier ou des lattes de chêne refendues. Le tout était bourré d’argile mélangée à de la paille et des poils d’animaux lorsqu’on en disposait.
Ici, ne subsiste que les grosses poutres de chêne, le reste a été emporté par les intempéries. On convient qu’il serait vraiment dommage de laisser ce témoin du passé se détériorer plus avant.

Les sorcières

Aux deux Bodeux aussi, il y eut des sorcières et des sorciers, ou en tous cas des manants condamnés pour être possédés. Ce fut le cas de Jeanne Serva condamnée par la cour de Bodeux en 1616 ; ou encore de Crespin le Laid jugé à Bra sur Lienne en 1619. Il raconta lui-même, sous la torture, tous les sabbats auxquels il avait participé. Il décrit le Diable avec beaucoup de précisions.
Entre mai et juin 1604, 143 personnes furent interrogées par la cour de justice de Bodeux. Nombreuse furent accusées d’avoir causé la mort d’enfants, de vaches par empoisonnement ou en répandant des maladies chez certaines familles.
Si votre potager produisait plus que celui du voisin, cela renforçait la suspicion à votre égard, c’est ce qui arriva à la fille de Jehenne, la veuve Grand Voick. La mère elle-même fut jugée pour d’autres faits. A l’époque, les titres étaient héréditaires, on dirait bien que la situation de « Macralle » également.

L’Hostellerie du Doux Repos

C’est un hôtel-restaurant installé dans le village depuis plus de quarante ans. Treize chambres aux tonalités différentes sont disponibles, accès au jardin ou vue imprenable sur les alentours verdoyants.

www.douxrepos.com

 

 

 Mediardenne 2020

Sources : Travail fin d’études Ch. Gobbe  + www.https://paysdesaintremacle.wordpress.com/

 

Où est Haute-Bodeux

Haute-Bodeux

Trois-Ponts



Manhay


Vielsalm




Nous recommandons












259 vues

3 balades à proximité de Trois-Ponts et Basse-Bodeux

%d blogueurs aiment cette page :