La Croix des fiancés de la Fagne à la Baraque Michel

13 Août, 20 | histoire

Le samedi 21 janvier 1871, François Reiff et Marie Solheid quittent Jalhay pour se rendre à Xhoffraix. C’est là que Marie est née, le 10 octobre 1846. Là qu’il faut se rendre pour se procurer les documents indispensables en vue d’un prochain mariage. La Fagne est couverte de neige. Le ciel plombé, tourmenté de bourrasques qui balaient le plateau. Mais l’amour est aveugle, et Marie entêtée : les fiancés ne reviendront pas.

 

Les fiancés de la Fagne

 

Tout a pourtant bien commencé, quelques mois plus tôt à la kermesse de Jalhay : Marie Solheid, servante de ferme à Haloux, du côté de Limbourg, y fait la rencontre de François Reiff, un solide Bastognard âgé de 32 ans occupé à la construction du barrage de la Gileppe. Coup de foudre ! Et mariage à la clef. Le plus vite possible : Cupidon, à l’époque, rend des comptes à saint Pierre. Et saint Pierre à l’administration.

Ce samedi-là, François et Marie ont donc décidé de rejoindre Xhoffraix. Nul ne saura jamais pourquoi ils ont choisi de se lancer dans une équipée dont la jeune femme, enfant du haut-plateau, ne peut ignorer les périls : 16 kilomètres, au moins, à travers les tourbières enneigées! Quand ils eussent pu, en empruntant le chemin de fer via Pepinster et Hockai, couvrir ensuite sans danger les quelques lieues restantes. Bravade de jeunes amants ?

On sait qu’ils prennent le déjeuner à Jalhay, au Café Mixhe où travaille Lambert Solheid, frère de Marie. Celui-ci, à l’unisson des autres personnes présentes, tente de dissuader les deux jeunes gens. En vain. Sur le coup de midi, ils quittent l’auberge. Des témoins les voient passer peu après, luttant contre la tourmente, sur le chemin de Jalhay à Xhoffraix. Puis plus rien.

 

Les fiancés ne reviendront pas

 

Jusqu’au 16 mars 1871, où le journal verviétois « Le Nouvelliste » relate : « Lundi dernier, vers 5 heures du soir, à environ une lieue en amont de Solwaster, commune de Sart, on a découvert le corps d’un inconnu (…) Il était habillé d’un nouveau sarrau de lin, d’une casquette de velours et d’un pantalon de satin noir. Il portait une nouvelle chemise de lin fin, un gilet de coton rayé bleu et blanc et de légères chaussures à lacets presque neuves (…) Épuisée par une fatigue extrême, la victime a été tuée par le froid (…) » Le jour suivant, l’inconnu a un nom : François Reiff.

Une semaine plus tard, le 22 mars vers onze heures, un douanier prussien effectuant sa ronde découvre le corps sans vie de Marie Solheid au pied de la borne-frontière 151, sur le Sart Lehro. L’endroit est distant de quelques deux kilomètres de celui où François est tombé, et la tradition rapporte que le fonctionnaire trouve sur la jeune femme un mot griffonné au crayon par François :
« Marie vient de mourir et moi je vais le faire ».

 

 

 

 

Une pauvre croix de bois rappelle la fin tragique des fiancés de la Fagne - Photo de Jacques Chouffart

Une modeste croix de bois rappelle la fin tragique des fiancés de la Fagne. Ils seront pourtant séparés à jamais, les parents de Marie firent enterrer leur fille à Xhoffraix, François fut enterré a Sart – Photo de Jacques Chouffart

 

 

 

Mais que s’est-il passé ?

 

Si l’inventaire des vêtements portés par François Reiff en dit long sur l’impréparation ayant préludé au drame, et que le curé de Xhoffraix note dans son livre de décès que le corps de Marie était « intact et bien conservé », on ne peut que conjecturer au sujet des dernières heures des fiancés.

François est-il aux côtés de Marie lorsque celle-ci meurt à quelques centaines de mètres de la Baraque Michel ? Auquel cas, pourquoi retourne-t-il sur ses pas, au lieu d’aller chercher secours auprès des habitants d’un refuge dont sa promise ne peut que lui avoir parlé ? Marie a-t-elle d’abord perdu connaissance plus tôt, sur le vieux chemin de Xhoffraix ? Revenue à elle, la jeune femme se serait alors traînée, seule, vers la Baraque Michel. Jusqu’à l’endroit où l’on allait découvrir sa dépouille.

Quoi qu’il en soit, persuadé – à tort ou à raison – que la femme qu’il aime vient de mourir ; désorienté en ces lieux inconnus noyés dans la tourmente ; trempé jusqu’à l’os, transi de froid et sans doute tenaillé par un lourd sentiment de culpabilité, François Reiff était devenu un oiseau pour le chat.

 

 

La croix du souvenir

 

Située à l’endroit où Marie Solheid rendit l’âme, près de la borne 151, la première « croix des fiancés », datant de 1893, fut remplacée par une autre qui résista jusqu’en 1931, année où le Touring Club offrit une nouvelle croix à laquelle, en 1984, fut substituée une suivante. Voici enfin cette que nous connaissons aujourd’hui, offerte par un groupe bénévoles date de 2019.

 

La croix des fiancés et la borne frontière entre la Belgique et la Prusse.

La croix de 2019, c’est près de la borne 151 que le corps de marie fut découvert.

 

 

Il s’agit là de l’un des monuments les plus connus et les plus visités des Hautes-Fagnes. Voire, en son genre, de l’Ardenne même. Sans doute la tragédie qui s’y rattache, tant humaine, n’est-elle pas étrangère au fait. Combien ont confié à la croix solitaire, l’espace d’un regard ou posant sur ses bras quelques brins de callune, le poids d’amours perdues aux tourbières du coeur et qu’on n’oublie jamais ?

 

La croix des fiancés de la Fagne version 2019

Il est de coutume présenter un hommage aux fiancés. Cela peut être un simple rameau de bruyère accroché à la croix.

 

 

La tragédie des fiancés de la Fagne a marqué les esprits fagnards. La croix est depuis longtemps un lieu de recueillement pour les populations locales, mais aussi pour de nombreux touristes. Très tôt les éditeurs de cartes postales ont consacré des publications dédiées à ce lieu. On remarque qu’un brin de bruyère apparait sur une des cartes, mais surtout les crucifix qu’on ne remplacera pas avec le temps.

Les différentes publications de cartes postales permettent de mesurer l’évolution du paysage fagnard et de la place croissante de l’épicéa dans l’environnement.

(Clic sur les photos pour agrandir)

La photo du titre, ainsi que la seconde photo d’illustration sont dues à Jacques Chouffart.
Découvrir la page Facebook  du photographe >>

Textes autres photos : Mediardenne et Patrick Germain 2020

Note :

*Selon les sources, les Fiancés ont quitté Jalhay le samedi 21, ou le dimanche 22 janvier 1871. La première date, retenue par Gielen et les Amis de la Fagne entre autres, paraît plus vraisemblable : quel qu’ait pu être le degré d’inconscience des deux infortunés – et à moins d’un suicide prémédité – il leur fallait sans aucun doute (Marie, en tout cas) être présents sur leurs lieux de travail dès le lundi.

Source :

  • « La Croix des Fiancés – Quand Fagne et Forêt se souviennent… » Viktor Gielen (Traduit de l’allemand – Ed Markus à Eupen – 1976) « Guide de la Fagne » Antoine J. Freyens (Marabout, chez Gérard à Verviers Vème édition – 1967)

Faire la promenade de la Croix des fiancés

Des promeneurs en Fagnes
Une balade familiale en forme de boucle d’un peu moins de 6 kilomètres

Où est la Croix des fiancés ?

La Croix des fiancés

Au départ de la chapelle Fischbach,
la croix se trouve à peu près un kilomètre plus loin,
le long de la balade qui porte son nom.

 

Jalhay


Malmedy


Baelen


Waimes



409 vues

%d blogueurs aiment cette page :