Une cathédrale à Malmédy ?

12 Avr, 16 | lieux

En 1920, Benoît XV institue le diocèse d’Eupen-Malmédy : l’église paroissiale Saints Pierre, Paul et Quirin, devenue église-mère, prend donc rang de cathédrale. Un statut qu’elle perdra, dans les faits, cinq ans plus tard. Mais le vocable, lui, est resté.

cathedrale_malmedy_placeOutre les richesses de son mobilier et de son Trésor, l’histoire de l’église paroissiale de Malmédy est indissociable de celle de sa région. Bâtie comme abbatiale en 1775, elle est dédiée aux Saints Pierre, Paul et Quirin le 05 septembre 1784. Devenue paroissiale en 1819, l’imposante bâtisse d’arkose elle n’eût sans doute jamais connu les honneurs ecclésiastiques si, consécutivement au traité de Versailles, les circonscriptions prussiennes d’Eupen, Malmédy et Moresnet Neutre n’avaient été attribuées au royaume de Belgique.

Le 30 juillet 1920, le pape Benoît XV, par la bulle  » Ecclesiae Universae « , crée donc le diocèse d’Eupen-Malmédy. Le titulaire en sera l’évêque de Liège, Mgr Rutten, qui doit résider à Malmédy un mois par an mais peut s’y faire représenter par un administrateur.

Une situation transitoire, on le constate sans peine, à l’instar du régime civil du général Baltia. Lequel prend fin en 1925, lorsque les cantons d’Eupen, Malmédy et Sankt Vith sont incorporés à la structure de l’état belge.

Le 15 avril 1925, une nouvelle bulle pontificale supprime le diocèse d’Eupen-Malmédy, qui fera désormais partie de celui de Liège. Plus question de « cathédrale », donc. Mais, puisque « Paris vaut bien une messe », Malmédy et son riche passé valent bien une petite liberté sémantique : le vocable est resté.

PATRIMOINE RELIGIEUX

cathedrale_malmedy_choeurAu reste, l’impression de puissance solennelle dégagée par l’extérieur du bâtiment n’est que confortée, lorsqu’on pénètre à l’intérieur de celui-ci.

Plus que tout autre visiteur, l’amateur d’art religieux veillera à planifier son rendez-vous avec la cathédrale Saints Pierre, Paul et Quirin, de manière à prendre le temps d’une découverte riche en émotions esthétiques.

Surtout s’il a la chance de s’y trouver lors des fêtes majeures : les bustes-reliquaires de la Légion Thébaine, œuvres d’orfèvrerie les plus connues du trésor, sont alors exposés sur le maître-autel. Celui-ci est en marbre, et date de 1877.

Finement ouvragés, la chaire de vérité ainsi que les confessionnaux datent de 1770. Les stalles, elles aussi, valent qu’on s’y attarde, où la Loge du Prince-Abbé ne manque pas de classe.

 

 

 

 

cathedrale_malmedy_coffreAutre pièce remarquable, le reliquaire de Saint Quirin. Les spécialistes apprécieront les orgues, et seront sans doute intéressés d’apprendre que le carillon, datant de 1786, est composé de 35 cloches qui furent fondues par le Malmédien Martin Legros.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

cathedrale_malmedy_11_detail_bas_relief

À l’extérieur, les bâtiments conventuels répartis autour d’un cloître contigu à l’église abbatiale furent reconstruits après l’incendie de 1689 et subsistèrent après la Révolution. Aujourd’hui, ils abritent notamment les bureaux du Syndicat d’Initiative ; et le Trésor de la Cathédrale de Malmédy, qui a hérité des vestiges artistiques du monastère.

 

cathedrale_malmedy_12_monument

Par ailleurs, plusieurs monuments commémoratifs sont visibles à l’ombre des murs de la cathédrale. Dont celui dédié aux victimes de l’effroyable série de « méprises » de décembre 1944, auxquelles le site de l’association Malmedy – Art et Histoire – consacre une part importante.
Écrit par : Patrick Germain /2007


malmedy_malmundariumLes trésors de la cathédrale sont visibles au Malmundarium. Les imposantes salles de cet ancien monastère transformé récemment en musée jouxtent la cathédrale.
Photo : Malmudarium

www.malmudarium.be

 


Notices :
1. Patron de la cathédrale de Malmédy et de l’église d’Ondenval, Saint Quirin est invoqué contre les rhumatismes et les maladies des yeux. On le fête le 11 octobre.
2. Malmedy, ou Malmédy ? La graphie et la prononciation « Malmédy » dateraient du temps où la ville appartenait à la Prusse. Cette accentuation n’existant pas dans la langue allemande, les habitants auraient trouvé là une habile façon de défier leur administration de tutelle. D’aucuns – dont nous sommes- les conservent, en dépit de leurs relégations administratives. Rien à voir avec un quelconque anti-germanisme primaire, mais c’est bien de « Malmédiens » dont on parle, et le coup de la cathédrale vaut bien un accent aigu, non ? 😉
Source :
•    Ville de Malmedy
•    Malmedy Art et Histoire


 

Galerie


 

Où est Malmedy

Malmedy

cathedrale_malmedy_place_albert
La Place Albert 1 et la Cathédrale

Malmedy


Dormir, manger, bouger en Ardenne

L’Ardenne couvre en Belgique, la province du Luxembourg, le sud et l’est de la province de Liège et le sud de la province de Namur. En France elle s’inscrit dans le département des Ardennes. Elle se prolonge au Grand-Duché de Luxembourg sur la province du nord, l’Oesling.

Vous trouverez sur les sites ci-dessous toutes les adresses afin de passer un bon séjour touristique en Ardenne.

Le site officiel du tourisme dans les Cantons de l'Est
Le site officiel du tourisme en province de Liège

Le site officiel du tourisme en province de Liège

Le site officiel du tourisme en province de Namur

Le site officiel du tourisme en province de Namur

Le site officiel du tourisme en Ardenne française

Le site officiel du tourisme en Ardennes française

Le site officiel du tourisme en Ardennes luxembourgeoises